Rude Boy Train

WILD MAN RIDDIM-PANATLANTIC-Diger records

UN PEU D’HISTOIRE : Wild man Riddim, c’est le groupe ska-jazz venu du froid, d’Oslo, plus précisément, composé par un noyau de zicos qui officient aussi dans l’excellent groupe The Phantoms… C’est d’ailleurs par le biais de ce groupe que l’on découvre son pendant ska-jazz 100% instru à l’occasion de la sortie d’un premier opus, « Worldwide Frenquency » à l’efficacité redoutable et aux compos dynamique et originales…

Un second album tout aussi fameux sortira l’année suivante, nommé tout simplement « Wild Man Riddim » qui ravira tout autant nos oreilles, explorant par ailleurs quelques terrains plus exotiques tendance afro-beat avec une certaine réussite, se prêtant aussi à l’exercice de la chanson, avec « Elevate Yourself », un reggae-ragga bien cool.

Pour ce troisième album, les gars d’Olso confient leurs bandes à l’incontournable Victor Rice, aiguisant encore un peu plus notre interêt… Le bien nommé « Panatlantic » est donc sorti cette fin septembre et c’est une curiosité !

LE DISQUE : Il m’a fallut un paquet de temps pour vous pondre la review de ce « Panatlantic », le nouvel album des Wild Man Riddim ! Faut dire qu’après avoir fait tourner des trucs aussi immédiats que des Death Of Guitar Pop ou bien Mr Kingpin, ben le ska jazz des Norvégiens paraît un peu âpre aux premières dégustations. (suite…)

Grosse vague de roots chez Tip-A-Top Records

« Grosse vague » car  le label Hélvète Tip-A-Top Records, ayant déjà fait une entrée fracassante sur la scène ska-reggae Européenne avec les premières prods de Sir Jay & the Skatanauts, issues de lockdown sessions enregistrées en 2020,  nous propose à l’écoute, mais aussi à la vente, non pas deux mais trois nouveaux 45 tours depuis la mi-octobre!

Et quels 45 tours! Quatres bombes envoyées par Sir Jay et ses Skatanauts, dont deux instrus sur les faces B absolument délicieux.

Sur les faces principales figurent un ska au swing explosif nommé « My Praise » interprété par un trio Johnny, Dan et Lorraine, digne de la grande époque, et « Upshot », voluptueux Rocksteady  chanté par Johnnie Valuti, aux sonorités on ne peut plus vintages. (suite…)

DEATH OF GUITAR POP – PUKKA SOUNDS – SKA CLUB ESSEX

UN PEU D’HISTOIRE : Même pas cinq ans qu’on a découvert Top Kat et Silky, le duo venu de l’Essex, fan de ska two tone et de pop British. Même pas cinq ans, et déjà un troisième album pour les Death Of Guitar Pop » avec ce « Pukka Sounds » sorti il y a déjà près d’un mois…

Gros bosseurs les gars, puisqu’entre une poignée de concerts pêchus, dont certains sur des beaux festivals cette année, les gars ont concocté la suite des excellents « 69 Candy Street » et « In Over Our Heads » pendant le confinement et le voilà, tout frais, encore une fois en mode 100% do it yourself…

Alors, qu’est ce qu’il a dans le ventre ce « Pukka Sound » ?

LE DISQUE : On va pas se mentir, les premières écoutes de ce nouvel opus des Death Of Guitar Pop ont tourné, pour tous les gens avec qui j’en ai discuté, et pour moi même, à la déception… (suite…)

UN NOUVEAU SINGLE POUR LES SKA JAZZ MESSENGERS

Ska Jazz Messengers, c’est le groupe de Caracas au Venezuela,  qui nous avait fait belle impression l’année dernière avec la sortie de leur album « Introspeccion », chez Liquidator, aux sonorités ska-jazz plutôt modernes dans les arrangements, avec pas mal d’invités de haut niveau, du genre Victor Rice, Joey Altruda ou bien Angel Salgado sur « It’s Too Late », une des pépites de la galette.

Après une belle réedition cet été, avec quelques surprises du genre remix de haut vol par Prince Fatty de leur titre « Bajo La LLiuva », les revoici déjà avec un nouveau single, disponible pour l’instant uniquement en digital, nommé « It’s Allright »

Le titre emprunté à Curtis Mayfield est somptueusement réarrangé à la sauce rocksteady-ska, interprétée avec talent par Casey Beres, et produit de main de maître par Esteban Descalzo, toujours aussi efficace. (suite…)

THE ONE DROPPERS – COCONUTS FROM SPACE – 1D records

UN PEU D’HISTOIRE : Depuis 2003, les Milanais de The One Droppers s’échinent à produire du ska « à l’ancienne », mais aussi toute sortes de musique Jamaïcaine, avec un sens mélodique au-dessus de la moyenne…

Bien trop peu prolifiques à notre goût, ce n’est qu’en 2011 que voit le jour chez le défunt label Rocking Records, leur premier album « the Big One » où il n’y avait pas grand-chose à jeter, entre grosse parties cuivre, un swing indéboulonnable et des refrains imparables…

Malheureusement trop rares, malgré quelques apparitions sur scène de temps à autre, les Italiens ne retournent en studio qu’en 2018 pour commencer les sessions d’un futur album…

Bon, après s’est passé ce qu’il s’est passé, compliquant la vie des artistes du monde entier. Ils ne repointent discrètement le bout de leur nez que pendant la pandémie avec une poignée de superbes reprises enregistrées en mode «Quarantaine»

C’est finalement cet été que survient la bonne nouvelle : v’la ti pas que le nouvel album « Coconuts From Space » est prêt à sortir pour cette rentrée 2021 !

LE DISQUE : Vous n’êtes pas sans avoir remarqué qu’on se fait un peu rare chez Rude Boy Train, et même si on est un peu moins dispos, cela ne nous empêche pas de mettre au moins une oreille sur les quelques rares nouveautés du moment, dont fait partie ce «Coconuts From Space». (suite…)

SMOKE+MIRRORS SOUND SYSTEM CHEZ BADASONICS RECORDS

Après plus d’un an de chômage technique, Badasonics Records nous a fait son grand retour dès la rentrée avec le superbe mini EP de Maxado associé à Victor Rice…

Signe que la machine semble bel et bien en train de repartir, ils nous proposent déjà du neuf, avec un EP 45 tours du Smoke+Mirrors Sound System de John Roy, beau projet lancé pendant la quarantaine aux US.

Pour l’occasion, Nico Leonard s’associe à la post-prod, en ajoutant quelques arrangements sur les titres où figurent d’aussi beaux noms que Bufford O’Sulivan, Victor Rice, Esteban Flores ou Blake Coolie

Au programme, des reprises superbes de « Second That Emotion » de Smokey Robinson et plus surprenante de « Mad World » de Tears For Fears… Et puis y’a sur la face B une nouvelle version du « Great Divide » présent sur l’album du groupe, ainsi que sa version dub… (suite…)

UN NOUVEAU VOLUME DE LA COMPIL’ HOT SAUCE POUR LE LABEL HARLEM SHUFFLE RECORDS

Harlem Shuffle Records, c’est le label Franco-Britanique, issu du sound du même nom,  spécialisé dans la réédition de pépites funky-soul ou early reggae en 45t.

Après un sacré tableau de chasse, avec au menu du Symarip, de l’Alton Ellis, de l’Upsetters, j’en passe et des meilleurs, Harlem Shuffle s’est attaqué au difficile exercice de la compilation, avec un premier volume nommé « Hot Sauce », un rassemblement de titres issus des différents side-labels de Trojan Records, les Beverley, Clandisc, Harry J, Blue Cat et consorts, sortit l’année dernière pour notre plus grand bonheur.

Ils remettent ça avec un volume 2 tout aussi séduisant, avec une tripotée de grand noms à l’affiche, avec des titres plus ou moins rares de Dave Barker, Delroy Wilson, avec en fin de compil’ des titres carrément reggae, comme ce « Ride On, Ride On » de Big Youth et Dennis Brown… (suite…)

GUERRERO RECORDS, LE NOUVEAU LABEL EARLY-BOSS-SKINHEAD REGGAE FROM CALIFORNIA

C’est grâce à la distro de Cigale Records que l’on a découvert tout récemment le nouveau label Californien Guerrero Records, spécialisé dans le reggae à cheveux ras.

Faut dire que c’est après les nombreux échanges avec le boss du label Français que Gonzalo Casimiro, le clavier de Los Aggrios, a été pris de l’envie de se lancer dans l’aventure de la production.

Et le label tape fort avec ses deux premières sorties, un 45 tours des Zensies, un groupe dont on avait pas entendu parlé mais sacrément bon, et un second dédié a Esco Chris AKA Chris Zinna, le fameux claviers dont on vous a souvent parlé par ici.
Le tout en mode instrumental plutôt bien inspiré, un style qui fait un sacré retour sur la côte Ouest des Etats unis.

Et comme en plus, Guerrero Records voit grand, le label annonce deux prochaines sorties internationales, avec un 45 tours des incontournables Bataves de Boss Capone et un second par le girls band Italien la Birette… (suite…)

Mr Kingpin-Introducing Mr Kingpin-Jump Up! Records

UN PEU D’HISTOIRE : Ca faisait quelques temps qu’on avait repéré ce Mr Kinpin sur la toile grâce un premier single « Cards On The Table » sorti déjà depuis deux ans puis par le Rocksteady « Ease Your Mind » de superbe facture. Faut dire que ce n’est pas un lapin de six semaines qui se cache derrière ce sobriquet Mais Jon E Bravo, le chanteur et leader des Texans de Rude King. Associé pour l’occasion à Ray Vargas et Esteban Flores, le clavier des excellents Steady 45’s mais aussi des Bandulus et de Matamoska, Il propose un cocktail bien trad de ska, rocksteady et reggae aux compositions assez dépouillées. « Introducing Mr Kingpin » est le premier LP du groupe, enregistré avec le renfort de quelques amis de Rude King mais aussi des featuring de Roger Rivas et Dave Hillyard… De quoi sérieusement mettre l’eau à la bouche. L’album n’est pour l’instant sorti sur leur page Bandcamp, mais bientôt en vinyl chez l’incontournable Jump Up Records…

 

LE DISQUE : Dans cette morne période de production musicale, dire que j’attendais ce disque avec impatience serait peu dire, car ce que nous avions pu en entendre promettait du lourd comme on n’en avait plus entendu depuis longtemps…

Et il faut dire qu’on n’est pas déçus, loin de là ! Dès le roulement de caisse claire de « Do Right By You » on frissonne de plaisir… le reste du titre est à la hauteur, swing 60’s en diable, la guitare jazzy et un refrain à la montée soul parfaite viennent souligner un travail sur les voix épatant. (suite…)

Maxado+Victor Rice= Firebug forever?

Badasonic Records a annoncé sa nouvelle production avec la sortie en cette fin juillet d’un 7′ inch 33t (si si, c’est possible!) avec 4 nouveaux titres enregistrés par Maxado, l’auteur compositeur Brésilien.
Maxado, c’était le leader de Firebug, fer de lance de la scène Brésilienne des années 2000, groupe qu’il avait fondé avec Victor Rice. Auteurs de trois superbes albums, très marqués par la prod’ de ce dernier, ils avaient connu un joli succès jusqu’à chez nous, leur permettant même une mini tournée en Europe, qui était passée par le regretté Dance Ska la.
Maxado revient donc sur le devant de la scène pour notre plus grand plaisir, s’appuyant une nouvelle fois sur les talents de multi instrumentiste et producteur de Victor Rice, pour un résultat qui, naturellement, ressemble fort aux productions des feus Firebug. (suite…)

Page suivante »