Rude Boy Train

THE SPECIALS – Protest Songs 1924 – 2012 – Island Records

Protest songs 1924-2012 : The Specials: Amazon.fr: CD et Vinyles}UN PEU D’HISTOIRE: Difficile de compter les albums des Specials. Il y a bien sûr les deux classiques de 79 et de 80, avec l’équipe au complet, puis le Special AKA (« In The Studio ») de Jerry Dammers et John Bradbury, et après des tas d’albums plus ou moins dispensables avec des formations incomplètes (le disque avec Desmond Dekker, « Today’s Specials, « Guilty ‘Til Proved Innocent »…).

Jusqu’à « Encore » en 2019, et le retour de Terry hall en studio, presque 40 ans après… Mais avec seulement Horace Panter et Lynval Golding pour l’accompagner, les autres ayant quitté le navire (Jerry Dammers, depuis longtemps, Roddy Byers et Neville Staple plus récemment) ou ayant quitté ce bas-monde (le regretté John Bradbury)…

Et pour leur quatrième opus avec le Terry Hall au micro, le groupe nous gratifie d’une sélection de reprises de protest song de 1924 à 2012. Voilà pour le programme. Comme ça sur le papier, ça fait pas rêver…

LE DISQUE: Il y avait pourtant pas mal de belles choses sur « Encore », malgré toujours une tendance à balancer des reprises en veux-tu en voilà. Il faut dire que les reprises, c’est depuis toujours l’une des spécialités du combo de Conventry. Sauf qui si sur le premier album, on était dans des réinterprétations complètes, avec en plus tout un tas de compos de toute première bourre, après, le principe a eu de quoi laisser un peux sceptique. (suite…)

Un nouvel Ep pour Open Season

Peut être une image de texteOPEN SEASON, le groupe suisse (de Berne) qu’on avait bien apprécié durant les années 2000, et qui avait viré reggae/ragga (à force d’écouter les voisins de Seeed ?) avec « Here We Go » en 2008, revient avec un Ep, un an et demi après la sortie de « Rocksteady », un album au final pas uniquement rocksteady (mais franchement recommandable).

Au programme cette fois, 5 titres plutôt dans la mouvance de ce dernier LP, avec pas mal de son à l’ancienne, bien balancé, chaloupé mais jamais très rapide, parfois même assez roots. Il faut dire que le disque s’intitule « Come Closer – Sweet Lovers Rock ». Ce qui veut tout dire ! On est vraiment plus proche des Heptones que des Busters. Et on aime ça. (suite…)

Du nouveau chez les Slackers

On est tous un peu déçus de ne pas avoir pu choper nos New-Yorkais favoris en concert en 2020, et que la tournée de rattrapage de 2021 ait été reportée à 2022 (on croise les doigts).

On n’est donc pas mécontent d’apprendre que le groupe a enregistré un 45 tours pour Pirate Press Records qui vient tout juste de sortir.

Deux morceaux au programme, « Windowland » et « I Almost Lost You », tous deux de très bonne qualité (forcément). (suite…)

Un extrait du nouveau BIG D

BIG D AND THE KIDS TABLE, c’est le très bon combo ska-punk de Boston, emmené par le frontman Dave McWane, auteur notamment du superbe « Stricktly Rude » en 2007.

On n’avait pas eu tellement de nouvelles ces dernières années, parce que passée la trentaine ils se sont mis à repeupler l’Amérique, alors on n’est pas mécontent d’apprendre qu’un nouvel opus, « Do Your Art », sortira le 22 octobre prochain sur SideOneDummy Records, l’autre gros label indé de L.A.

Le premier extrait, « Too Much », est assez réjouissant : (suite…)

La belle reprise de Sublime

Covers, Vol. 1 by Mikey And His Uke on Amazon Music - Amazon.comOn reste avec Dave McWane pour vous parler de cette superbe reprise des légendaires ska-punkers reggae un peu blues hip-hop de SUBLIME.

« Same In The End », interprétée ici par le chanteur de Big D, parfaitement accompagné à la gratte par Lawrence Katz (voisin des Mighty Mighty Bosstones), à la basse par Andy Platfoot  (Buck O Nine), à la batterie par Darrin Pfeiffer (ex-Goldfinger) et à la deuxième gratte par Mikey lui-même, membre de Fairmounts (Toronto).

La version ici présente est superbe, et on vous conseille d’aller jeter un œil à la chaîne YouTube MIKEY & HIS UKE, dont le principe est d’inviter des musicos de la scène punk à reprendre des standards depuis leur salon (la magie du web). (suite…)

THE MIGHTY MIGHTY BOSSTONES – When God Was Great – Hellcat Records

Whengodwasgreat.jpgUN PEU D’HISTOIRE: Onzième album des multiplatinés papes du ska-core, devenu plutôt ska-punk depuis le hit ‘Let’s Face It » en 1997, « When God Was Great » est aussi la première sortie du gang de Boston chez Hellcat Records. Ça semblait pourtant évident.

Et pour faire les choses correctement, le groupe a demandé à Tim Armstrong, le boss de la scène US qu’on aime, de coproduire le disque, en duo avec Ted Hutt, un ex-Flogging Molly, célèbre pour les prods de Dropkick Murphys, Street Dogs, Mxpx, Bouncing Souls…

LE DISQUE: Il est étonnant que constater l’état de forme des Mighty Mighty Bosstones, plus de 35 ans après leur formation. On aurait pu les perdre après le hiatus de 2003 mais au contraire, malgré les années ils sont revenus plus en forme que jamais en 2007 en publiant quelques merveilles. (suite…)

Et un nouvel album pour THE BAKESYS (Do The Dog Music)

THE BAKESYS, c’est le groupe à tendance two tone de Kevin Flowerdew, le big boss man de Do The Dog Music, le label qui produit les petits groupes qui montent depuis Mathusalem, et c’est aussi lui qui publie le skazine du même nom, depuis encore plus longtemps.

J’avais découvert le groupe quand j’étais tout jeune, sur les compilations de feu le « Let’s Skank » (le meilleur fanzine de tous les temps), avec le titre « Sex Freak » qui sautillait bien comme il faut et qui avait été publié sur la cassette « Animated Violence » en 1994. Kevin avait ensuite sorti un premier album éponyme, puis le live « Return to the planet Bakesys », et plus récemment la compilation « Studio Selections 1991-1995 », avant l’ep « More Bakesys » il y a trois ans, en formation réduite. (suite…)

Belle brochette de vidéos

Peut être une image de 7 personnes, personnes assises, personnes debout et plein airQuelques vidéos bien cool cette semaine. On commence avec les incontournables Mexicains de TRAVELLERS ALL STARS, pur groupe de skinhead reggae, qui nous balance le clip de « Love To The Stars », petite tuerie qui circulait déjà sur YouTube en version live, et qui là prend une autre allure assez prodigieuse. C’est groupe est magnifique, faut prier pour qu’ils nous balancent un album, et pour qui viennent poser leurs valises en Europe.

Ensuite, on a les Français de JIM MURPLE MEMORIAL qui nous envoient « Comes Love », toujours aussi rétro, toujours aussi bien composé, et toujours aussi bien chanté avec cette nouvelle équipe de filles. Classe, très classe. (suite…)

Bosstones : le clip

The Mighty Mighty Bosstones announce new album 'When God Was Great,' share new songGrande nouvelle pour le printemps : les quasi-inventeurs du ska-core sont passés chez Hellcat Records, LE label de référence de la scène US qu’on aime. Et s’ils ont changé de crèmerie, c’est forcément pour sortir un nouvel album, trois ans après « While We’re At It ».

Le onzième opus de la bande à Dicky Barrett, « When God Was Great », sortira donc le 7 mai prochain, avec à la production rien de moins que le king du game, Tim Armstrong, toujours présent dans les bons plans.

Le groupe de Boston multi-platiné nous a balancé le clip très cool de « I Don’t Believe In Anything » avec de magnifiques scooters chromés dedans, et c’est ici que ça se commande, en CD ou dans un beau vinyle rouge. (suite…)

GOLDFINGER – Never Look Back – Big Noise Music Group

UN PEU D’HISTOIRE: On ne présente plus GOLDFINGER, le groupe ska-punk californien emmené depuis 25 piges par John Feldman, qui a connu pas mal de succès et qui a fait skanker son monde avec des tubes du niveau de « Superman » en 97.

Sept albums au compteur, des tas de concerts, un line-up à géométrie variable autour du chanteur-guitariste, mais un retour depuis quelques années de Charlie Paulson à la gratte (l’autre « pilier » du combo), et un renfort très apprécié en la personne de Mike Herrera de Mxpx (guitare, basse).

Le huitième opus, « Never Look Back » est sorti début décembre. On vous raconte…

L’ALBUM: On vous le dit tout de suite, le nouveau Goldfinger est le plus ska depuis belle lurette. Y’en a qui vont dire « chouette », y en a qui vont dire « merde alors ». Je suis dans la première catégorie. (suite…)

Page suivante »