Rude Boy Train

BIM SKALA BIM – Sonic Tonic – Specialized Records-Jump Up Records

UN PEU D’HISTOIRE : Bim Skala Bim, c’est le groupe formé à Boston et mené depuis 1983 par son chanteur Dan Vitale. Défendant leur ska-rock aux influences two-tone, Clash et parfois plus reggae, ils sont clairement moteurs dans la Third Wave qui envahit les USA durant le milieu des années 80 jusque fin des 90’s… Avec leurs neuf albums, et de nombreux prix remportés sur la scène Bostonienne Ils sont un des monuments de la scène ska d’Outre Atlantique… Avec l’appui du label Specialized Records et de Jump Up, les voilà avec leur dixième opus sous le bras, nommé « Sonic Tonic » sur lequel on les retrouve au sommet de leur forme… Et ça fait du bien par les temps qui courent !

LE DISQUE : neuf titres et pas un de plus sur ce Sonic Tonic, le nouvel album des Bim Skala Bim… Neuf titres mais rien à jeter de la part de vétérans bien dans leurs baskets et dans leur zic.

D’emblée, « Go Back » envoie un early reggae à la basse funky avec un  refrain « sing along » comme on aime… Le texte parle de nos envies communes d’un retour au « comme avant » qu’on attend tellement tous et forcément c’est fun et dansant, et on se dit que ça commence plutôt bien c’t’affaire !

Ca enchaîne à la cool avec « Too sentimental », un reggae aux intonations bluesy renforcées par la voix de Dan Vitale qui matche impec’ avec cette ambiance légèrement poisseuse… Comme sur la plupart des titres, ça foisonne d’arrangements de percus et les solos de trombone et d’une guitare électrique bien saignante emballent le tout.

« Cuz-A-You » est un titre plus imposant. Le ska au swing très sixties est carrément dansant… Les percus sont encore une fois omniprésentes, plus en avant qu’une rythmique volontairement mise en retrait. Les cuivres balancent chorus et solos superbes, une des grosses réussites du skeud.

Tout comme « Loon » qui lui verse côté reggae, avec son skank d’Hammond énorme,  pile poil entre les Specials et Sublime… Le chant tout en retenue, un chorus monstrueux de cuivres, des effets dub maitrisés et quelques passages de toast à la Neville Staple, voilà donc tous les ingrédient du cocktail, superbement agrémenté de la flûte planante du guest Dr. No. Un peu plus loin, « It’s a Mix Of Thing » est son pendant dub, tout aussi fameux.

« Gumbo » appuie lui encore un peu plus les traits Bluesy déjà entrevus sur « Too Sentimental », donnant de faux airs de Randy Newman à ce reggae carrément bien foutu, sur lequel on imagine bien  un Monk à dreadlocks pointer le bout de son nez.

La reprise en mode rocksteady du « Easy Skankin » de qui vous savez est un putain de petit bijou de cover, au groove sucré et à la réorchestration inspirée…

Le crew de Boston n’enfoncera finalement le champignon qu’à deux reprises sur ce « Sonic Tonic », mais par contre bien à fond !  « Lightning » est un two-tone boosté aux amphèt’, à la rythmique tonitruante et aux guitares rageuses… Au confins du ska-punk, tout y est excellent…

La deuxième accélération sera pour le grand final avec « Last Boat To Monkille », sorte de sequel explosif au « Night Boat To Caïro » de Madness, sur lequel Dave Hillyard , Chris Rhodes et Ken Stewart viennent prêter main forte pour un véritable feux d’artifice instrumental.

Avec ces neuf titres vraiment bien gaulés, super bien produits, Bim Skala Bim se rappelle à notre bon souvenir, celui d’un des meilleurs groupes US des années 90 ! Ce « Sonic Tonic » vaut vraiment le détour !

Bronsky

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *