Rude Boy Train

WESTERN STANDARD TIME SKA ORCHESTRA – TOMBSTONE – Vintage Vault Records

UN PEU D’HISTOIRE : Petit rappel pour ceux qui débarqueraient d’une autre planète, le Western Standard Time, Ska Orchestra, pour être exhaustif, c’est le groupe de la côte Californienne formé par Eitan Avineri, un des leaders de The Allentons, pour reprendre, façon big band, les plus beaux titres des Skatalites. Ils sortent en 2012 « Tribute To The Skatalites Vol.1 », puis en 2015, le volume 2. La troupe joue quelques concerts enthousiasmants, en formation plus ou moins fournies, allant même jusqu’à tourner en Europe en formation plus réduite. En 2020, au cœur de la pandémie, ils arrivent à pondre deux 45 tours sur lesquels on découvre leurs premières compositions, toujours du même niveau exceptionnel.

L’aventure continue donc avec des titres originaux avec ce premier album de compos, nommé « Tombstone » sorti sous le label Vintage Vault Records, dans une superbe cover, oeuvre de Chris « Kress » Borbon, accessoirement batteur pour Mr Kinpin. (suite…)

SHUFFLE AND BANG – ISLAND BOP – PIRATES PRESS RECORDS

UN PEU D’HISTOIRE : Korey « Kingston » Horn, pour ceux qui l’auraient oublié, est le batteur des Rhythm Doctors, le premier groupe Californien à relancer l’early reggae dès la fin des années 90 et dont le noyau formera rapidement les incontournables Aggrolites. A l’exception d’une parenthèse avec le groupe pendant l’enregistrement de l’album « the Aggrolites » en 2006 et d’une partie de la tournée qui suivit, remplacé alors par Scott Abels, il est crédité sur l’ensemble des albums de la bande à Roger Rivas et Jesse Wagner sauf sur le tout dernier « Reggae Now ». Fidèle à Brian Dixon, il le suit dans l’aventure Western Standard Time Orchestra avec lesquels il enregistre le premier album « Big Band Tribute To The Skatalites » et participe aux quelques dates incroyables de promotion du disque, démontrant un sens du swing et un feeling ska-jazz jusqu’alors insoupçonné.

Son père, Kim « Pop » Horn, chanteur de jazz reconnu, se joint au projet en reprennant « I’m In The Mood For Ska »… Le résultat semble donner des idées au duo et ils montent, avec quelques pointures de la bande, le groupe Shuffle And Bang avec l’ambition de produire des sons entre jazz et ska, dont le premier extrait, « Grand Central », sorti sur la compil’ « Birth Of The Fourth Waves Of Ska » d’Angel City Records était fort prometteur.

En cette fin octobre, c’est produit par le label Pirates Press Records, en passe de devenir incontournable sur la scène US, qu’ils sortent « Island Bop » leur premier LP. (suite…)

PIRATES PRESS RECORDS ANNONCE LE PREMIER ALBUM DU KOREY KINGSTON’S SHUFFLE AND BANG

Pirates Press Records, c’est le label qui monte grave de l’autre côté de l’Atlantique… Plutôt orienté street punk, adepte des packaging grand luxe, des éditions limitées couleurs magnifiques et du merchandising inspiré, la petite écurie qui monte, entre rééditions de Rancid, Cock Sparrer, les sorties des Bar Stool Preachers,  Lion’s Law, Old Firm Casuals et consorts, a commencé a sortir les rééditions des Slackers et le dernier album des Aggrolites.

Dans cette logique d’ouverture vers des groupes ska, ils préparent  la sortie prochaine de « Island Bop », le premier album du Korey Kingston’s Shuffle And Bang, le groupe de l’ex batteur des Aggrolites, épaulé pour le coup par son propre papa Kim « Pops » Horn. (suite…)

THE AGGROLITES – Reggae Now ! – Pirates Press Records

UN PEU D’HISTOIRE : C’est à l’origine pour backer Derrick Morgan aux US que se rassemblent cinq ex-membres de The Rythm Doctors et de The Vessels se mettent à jouer ensemble. Les dates se passent si bien que les cinq bonhommes, Jesse Wagner, Brian Dixon, Roger Rivas, Korey Horn et J. Bonner décident de donner suite à l’aventure en montant leur propre groupe, The Aggrolites, en 2002.

La musique des cinq lascars, souvent affublée du sobriquet « Dirty Reggae » puise ses racines dans le reggae bien sûr, mais surtout celui qui fit vibrer l’Angleterre dans les années 60, celui des Maytals, de Symarip, Delroy Wilson ou Prince Buster, le tout sous haute influence du blues et de la soul de leur contrée natale.

C’est justement Prince Buster qui fait appel à eux en 2003 pour assurer ses dates US, et le King est sidéré de voir la maitrise d’une musique vieille de 30 ans de la part de ces jeunes blanc-becs. Cette même année 2003, ils enregistrent leur premier album, justement nommé « Dirty Reggae » aux quatorze titres d’un reggae sauvage, sorti sur l’excellent label Axe Records. (suite…)

Hepcat – 18 août 2017 – Londres/Underworld

Les signes se multipliaient d’une activité anormale du côté d’Hepcat depuis plusieurs mois : les concerts aux US se faisaient plus fréquents, des chansons inédites avaient été jouées lors de ces fameux concerts et pour finir une prévente était lancée pour une réédition limitée à 1000 exemplaires de « Right on Time » sur double vinyle à l’occasion du vingtième anniversaire de la sortie de l’album. Cette production composée des titres originaux est agrémentée de 8 remixes en version dub mais est tout de même destinée aux plus fortunés car il vous en coûtera 60 dollars port compris pour l’obtenir.

L’annonce d’une tournée européenne venait donc confirmer un renouveau du groupe qui ne pouvait que réjouir les fans. Comme il y a sept ans, les choses étaient claires dès le début, pas de date française, les fans devraient donc faire le voyage dans les pays avoisinants visités par la tournée (Allemagne, Pays Bas, Espagne ou Royaume Uni). Pour ma part, ce serait donc Londres, d’autant qu’une des premières parties était assurée par Intensified !

(suite…)