Rude Boy Train

David Hillyard & the Rocksteady 7 – Plague Doctor – Org Music

UN PEU D’HISTOIRE : C’est toujours un grand plaisir de retrouver Dave Hillyard aux commandes de ses Rocksteady 7. Le saxophoniste fondateur d’Hepcat mais surtout pilier des Slackers trouve régulièrement, malgré son emploi du temps de ministre au sein du groupe New Yorkais, des petites fenêtres pour composer de nouveaux titres pour son groupe aux orientations plus ska-jazz et nous propose régulièrement de petits bijoux, qu’il vient en plus défendre régulièrement sur scène en Europe…

Les « Playtime », «United Front », « Friends and Ennemies » et autres « California » sont autant d’albums qu’on a adoré et chaque nouvelle sortie est un évènement…

Voici donc « Plague Doctor », le successeur du fameux « The Giver » de 2018, toujours édité chez  ORG Music, un album enregistré comme beaucoup d’autres ces derniers mois, en mode « pandémie », avec son lot de participations distancielles…

LE DISQUE :

C’est vrai qu’il leurs ressemble un peu, ce bon Dave Hillyard, avec son masque maison lui permettant de jouer de son sax, à ces « Plague Doctors » qui soignait la peste jadis. (suite…)

DAVID HILLYARD & THE ROCKSTEADY 7 – The Giver – Org Music

Résultat de recherche d'images pour "david hillyard the giver"UN PEU D’HISTOIRE : Le Rocksteady 7, c’est l’autre groupe de David Hillyard, membre fondateur d’Hepcat et insatiable sax des Slackers, qui, non content de participer à l’histoire d’un des plus grands groupes ska de tous les temps, s’offre de temps à autre une petite parenthèse plus personnelle, souvent plus jazz, en enregistrant avec ses amis disséminés un peu partout autour du globe, de somptueux albums riches et variés.

Le premier, « Playtime », voit le jour en 1997. Accompagné par le légendaire percussionniste Larry Mc Donald, entre autres,  « Disco Dave » y  synthétise toutes ses influences, soient l’intégralité des musiques Jamaïcaines, mais aussi d’autres plus américaines, comme le jazz et le blues. Avec des guests comme son comparse Greg Lee au chant, c’est un veritable petit bijou.

D’autres verront le jour, tous aussi excellents les uns que les autres, tels que « United Front » en 2002, « Friends & Ennemies » en 2013 ou bien encore le sublime « California » en 2014.

Le bonhomme a l’autre excellente habitude de tourner régulièrement en Europe, souvent accompagné de la crème des zicos de notre continent comme Nico Léonard ou Mr T-Bone pour des sets toujours mémorables d’intensité. (suite…)