Rude Boy Train

SUNNY LEGACY – UNCONDITIONNAL LOVE – AUTOPROD

UN PEU D’HISTOIRE : Sunny Legacy nous vient du Morbihan. Ces amateurs de rocksteady et d’early reggae s’échinent depuis 2015 à reproduire avec la plus grande fidélité ce son jamaïquain à mi-chemin des 60’s et des 70’s,  celui d’un Coxsone post-ska, de Derrick Harriot ou des premières prod de Lee Perry. On trouve leurs premières traces d’enregistrement en 2018, avec un EP 6 titres, trois reprises dont celle de l’incontournable de Max Romeo, « Wet Dream », joliment interprétée, et trois compos déjà solides, dont « The Burning Tonight », un reggae assez roots laissant apparaître les formidables qualités vocales du groupe.

Malgré la pandémie, le groupe reste assez actif, prenant le temps de composer et ne laissant pas passer les rares occasions de pouvoir jouer en live… Milieu d’année dernière, ils enregistrent ce premier album et annoncent avoir le bon goût de confier le mix à Roberto Sanchez, l’incontournable producteur, partenaire de longue date d’Alpheus,  ce qui forcément attise un peu plus notre curiosité… (suite…)

Sunny Legacy, le nouveau groupe venu de Bretagne

Dancing Mood cover artEntre Vannes et Lorient, y a un gros bled qui s’appelle Brech, avec ses chapelles et son éco-musée. Et à Brech y a un groupe qui se fait appeler SUNNY LEGACY, probablement parce que c’est bien connu: en Bretagne il fait toujours beau.

Sunny Legacy est formé par six musiciens fraîchement réunis qui aiment le rocksteady et citent plus souvent John Holt, Ken Boothe ou Prince Buster que Céline Dion et Conchita Wurst dans leurs influences.

Le combo vient de mettre en ligne une petite démo pas mal balancée, avec des reprises de Delroy Wilson (« I’m In A Dancing Mood »), d’Hopetown Lewis (« Take It Easy ») et de John Holt (« Strange Things »). Ok c’est des reprises qui n’apportent pas grand chose aux originales, mais franchement pour un premier jet,  c’est pas vilain du tout et la voix est très appréciable. (suite…)