Rude Boy Train

THE ONE DROPPERS – COCONUTS FROM SPACE – 1D records

UN PEU D’HISTOIRE : Depuis 2003, les Milanais de The One Droppers s’échinent à produire du ska « à l’ancienne », mais aussi toute sortes de musique Jamaïcaine, avec un sens mélodique au-dessus de la moyenne…

Bien trop peu prolifiques à notre goût, ce n’est qu’en 2011 que voit le jour chez le défunt label Rocking Records, leur premier album « the Big One » où il n’y avait pas grand-chose à jeter, entre grosse parties cuivre, un swing indéboulonnable et des refrains imparables…

Malheureusement trop rares, malgré quelques apparitions sur scène de temps à autre, les Italiens ne retournent en studio qu’en 2018 pour commencer les sessions d’un futur album…

Bon, après s’est passé ce qu’il s’est passé, compliquant la vie des artistes du monde entier. Ils ne repointent discrètement le bout de leur nez que pendant la pandémie avec une poignée de superbes reprises enregistrées en mode «Quarantaine»

C’est finalement cet été que survient la bonne nouvelle : v’la ti pas que le nouvel album « Coconuts From Space » est prêt à sortir pour cette rentrée 2021 !

LE DISQUE : Vous n’êtes pas sans avoir remarqué qu’on se fait un peu rare chez Rude Boy Train, et même si on est un peu moins dispos, cela ne nous empêche pas de mettre au moins une oreille sur les quelques rares nouveautés du moment, dont fait partie ce «Coconuts From Space».

Et franchement, il aurait été bien dommage de ne pas vous parler de ce nouvel album des Italiens de The One Droppers, qu’on retrouve tels qu’on les avait laissés il y a plus de dix ans !

Les compos sont toujours limpides et fun, comme sur le morceau titre qui ouvre l’opus, un instru où tout n’est que joie ! De la rythmique hypnotique comme on aime, de la prod top niveau avec des arrangements de partout (cette petite intro digne d’un décollage d’Apollo !) et des cuivres martiaux, ça fuse dans tous les sens et c’est un régal…

Les chansons, grâce à la voix lead excellente de Davide « Jack » Mazzantini et des chœurs toujours bien tournés, sont tout aussi fameuses : Que ce soit ska 60’s, comme « Goodbye » et « Sing A Ling », rocksteady voluptueux, comme « Let It Down » et « Time Has Gone » avec son délicieux piano, ou bien encore carrément reggae avec « Hard Days Will Come », tout est ficelé avec amour, ciselé avec une précision d’orfèvre… Pas un couac à l’horizon !

Et puis il y’a ces featurings de dingue, puisque les Milanais ont réussi l’exploit d’attirer sur leur album pas moins de trois des plus belles voix de la scène, avec Jesse Wagner, Mr T-Bone et Vic Ruggiero !

Pour commencer, le leader des Aggrolites vient poser sa voix puissante sur « Look Forward », un early reggae léger comme la brise, un vrai rayon de soleil accompagné d’une pointe de cuivres et de chœurs bien foutus.

Plus loin, c’est comme par hasard sur un boogaloo à la cool que déboule Mr T-Bone, forcément à l’aise dans son domaine de prédilection, et dans lequel The One Droppers sont loin, eux aussi, d’être des manchots.

Et puis y’a ce « Turn On Your Light », rocksteady au groove délicatement funky, au sifflement d’Hammond délicieux et aux cuivres rutilants… Dans un superbe numéro de duettistes, la voix de Jack Mazzantini n’a jamais paru si belle que sur ce titre, pas si loin d’un Todd Hembrook, somptueusement accompagnée par le flow formidable de Vic Ruggiero, toujours aussi cool et précis pour un hit imparable…

The One Droppers, nous balancent donc un second album top niveau à tous les étages, avec en cadeau bonus des featurings de haut vol… Grosses compos, grosse énergie et grosse prod… Un des incontournables de l’année…

Bronsky

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *