Rude Boy Train

THE SPECIALS – Protest Songs 1924 – 2012 – Island Records

Protest songs 1924-2012 : The Specials: Amazon.fr: CD et Vinyles}UN PEU D’HISTOIRE: Difficile de compter les albums des Specials. Il y a bien sûr les deux classiques de 79 et de 80, avec l’équipe au complet, puis le Special AKA (« In The Studio ») de Jerry Dammers et John Bradbury, et après des tas d’albums plus ou moins dispensables avec des formations incomplètes (le disque avec Desmond Dekker, « Today’s Specials, « Guilty ‘Til Proved Innocent »…).

Jusqu’à « Encore » en 2019, et le retour de Terry hall en studio, presque 40 ans après… Mais avec seulement Horace Panter et Lynval Golding pour l’accompagner, les autres ayant quitté le navire (Jerry Dammers, depuis longtemps, Roddy Byers et Neville Staple plus récemment) ou ayant quitté ce bas-monde (le regretté John Bradbury)…

Et pour leur quatrième opus avec le Terry Hall au micro, le groupe nous gratifie d’une sélection de reprises de protest song de 1924 à 2012. Voilà pour le programme. Comme ça sur le papier, ça fait pas rêver…

LE DISQUE: Il y avait pourtant pas mal de belles choses sur « Encore », malgré toujours une tendance à balancer des reprises en veux-tu en voilà. Il faut dire que les reprises, c’est depuis toujours l’une des spécialités du combo de Conventry. Sauf qui si sur le premier album, on était dans des réinterprétations complètes, avec en plus tout un tas de compos de toute première bourre, après, le principe a eu de quoi laisser un peux sceptique.

C’est aussi le cas ici. Franchement, on se croirait sur un disque de Bob Dylan. Donc déjà tu peux ranger ta chemise Ben Sherman et tes monkey boots. On est pas venu ici pour s’écouter du ska. Alors on va se dire « après tout pourquoi pas ? ». On peut aller d’un genre à l’autre, varier les plaisirs, et y a pas que la musique jamaïcaine dans la vie. Sauf que là, le fan de base risque d’être un peu déçu.

Par contre si il n’a rien contre les chemin aventureux et les plans acoustiques, il risque de s’y retrouver… A peu près. Car à la réécoute, on commence doucement à apprécier certains moments de ce bien étrange objet. « Freedom Highway » dès l’entame, fait plutôt bonne impression dans le genre bluesy, et dans la foulée, « Everybody Knows » finit par se montrer plaisante, après une première écoute pourtant pas très encourageante. Comme quoi, il ne faut jamais trop se fier aux premières impressions.

Concernant le choix de ces protest songs, force est de constater que la plupart sont inconnues au bataillon. C’est aussi probablement l’une des raisons qui font qu’on a du mal à s’approprier cet album. Malvina Reynolds, Big Bill Broozy, Chip Taylor, The Freedom Singers, Rhiannon Giddens, Jerry McCain… Ils sont pour la plupart Américains, orientés blues ou country, pas forcément de la même génération. Et personnellement, je n’en connais pas un seul. A part Bob Marley évidemment, présent ici sur une version assez dispensable de « Get Up, Stand Up », chantée par Lynval Golding.

« My Next Door Neighbor » aux accents boogie se révèle par contre excellente, mais n’apporte pas grand chose à l’originale (de Jerry McCAin), si ce n’est de la montrer à un public plus large que les fans hardcore d’americana. Mention spéciale aussi à « Soldiers Who Want To Be Heroes » d’après Rod McKuen, superbe, mais pas forcément grâce aux Specials.

Et c’est peut-être là la principale qualité de cet album : remettre sur le devant de la scène des morceaux obscurs. Il faut juste espérer que l’auditeur aura envie d’aller découvrir les originales.

Vince

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *