Rude Boy Train

THE SPITFIRES – Play For Today – Acid Jazz Records

UN PEU D’HISTOIRE: On ne présente plus le groupe anglais qu’on avait adoré, notamment sur ses deux derniers opus « Life Worth Living » et « Year Zero ».

Inspiré par The Clash, The Jam, The Specials et plus si affinités, le trio, quatuor, quintet de Watford publie son cinquième opus, de nouveau chez Acid Jazz, mais cette fois en forme d’épitaphe puisqu’il a annoncé que c’était son dernier avant le split. Le concert d’adieu a eu lieu il y a quelques jours est on est triste de perdre un groupe de cet acabit.

Mais l’album est bien là. Alors on vous raconte…

LE DISQUE: L’attente était importante pour ce dernier effort, les deux précédents étant des merveilles absolues.

Et il faut bien reconnaître que la première écoute de « Play For Today » avait été un peu déconcertante. Pour sa sortie, le combo avait décidé de faire quelque chose de différent.

Le fan de ska allait être un peu désappointé, alors que ce disque recèle de bien jolis morceaux de bravoure. Il faut donc s’y mettre, s’y remettre, et s’y re-remettre pour y comprendre quelque chose.

Pourtant avec le premier single, « Save Me », on se sentait plutôt en territoire connu avec ce mélange assez clashien qui remplissait parfaitement son rôle de chanson-phare susceptible d’éclairer l’album de bout en bout. Juste derrière, « Blaze And Glory » ressemblait à s’y méprendre à un Hard-Fi d’il y a 15 ans. C’est rock, c’est pop, c’est moderne et c’est redoutable d’efficacité. « Don’t Look At Me » flirte avec le punk-rock, et c’est à ce moment que le groupe à la mauvaise idée de balancer un interlude vaguement ska. Des interlude sur ce disque, il y a en a trois, plus une intro et une conclusion. Et tous sont inutiles. Ils diluent, ils dispersent, ils égarent, alors que l’album aurait gagné à être plus condensé et débarrassé de ces scories.

Heureusement qu’en embuscade se présente « Did You Have To Go ? », presqu’aussi dansante qu’un « Rock The Casbah », merveille de morceau à la rythmique imparable et aux cuivres tonitruants. C’est absolument superbe.

Même quand c’est très pop (« Time To Take Sides », « Keep Me Waiting ») c’est très bien, et même que des fois on se croirait entendre The Ordinary Boys.

Car oui, The Ordinary Boys, The Dead 60’s et The Spitfires sont des groupes taillés dans le même bois. Du bois de qualité certes, mais peut-être pas suffisamment robuste pour durer des décennies.

La fin de l’album est un peu confuse, un peu moins glorieuse que sa première moitié, mais « Play For Today » reste un disque de très haute volée. Il est juste différent. Comme « London Calling » était différent de « Give ’em Enough Rope », comme « Sandinista » était différent de « London Calling ». Et on ne va certainement pas reprocher ici au gang de Watford d’avoir pris des risques. Car à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire.

L’équipée était superbe. Merci aux Spitfires pour cette bien belle décennie.

Vince

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *